Accueil > Actualités > Nos Actualités > Actualité Détail
Retour

Les monuments disparus de Nice

Les monuments disparus de Nice Si Nice est aujourd’hui une ville moderne sachant allier son passé et son avenir, un certain nombre de ses bâtiments emblématiques ont été démolis déchainant  les passions entre détracteurs et partisans.
 
Aujourd’hui encore, le sujet ne laisse pas grand monde indifférent. Les plus célèbres cas, et toujours les plus sensibles, sont certainement la Jetée Promenade ou le Palace Ruhl.  Focus sur  Nice de la Belle époque.
 
Le Casino Jetée Promenade
 
Ce bâtiment construit sur pilotis face à l’Hôtel des Anglais (actuel Méridien) en 1880 était destiné principalement à distraire une clientèle touristique majoritairement anglaise alors. Le maire de cette époque, Alfred Borriglione ne cautionne pas ce projet, préférant construire sur la place Masséna ce qui sera le casino municipal, mais le préfet prend un arrêté et le maire est obligé de céder. Le Casino comprend kiosque à musique, salle de concert, théâtre, aire nautique et bains de mer. 
Le dôme magistral du bâtiment culmine à 20 mètres de haut. Un lieu novateur, emblématique pour certains. Il ouvre le 1er avril 1882, mais le 4 avril de cette même année, en fin d’après midi, on peut voir s’échapper une fumée noire du dôme du théâtre… Une vingtaine de minutes plus tard dans un effroyable fracas la coupole s’écroule. Heureusement, personne ne se trouvait à l’intérieur. C’est en 1891, et  avec sa  reconstruction que le Casino Jetée aura l’apparence qu’on lui connaît !
 
En 1942, il sera dépouillé par les Allemands pour récupérer le cuivre et le fer, nécessaires à leur effort de guerre, et sera dynamité le 26 mai 1944.
 
L’hôtel Ruhl
Cet hôtel de luxe, s’érige en place et lieu de l’hôtel des Anglais, qui fut détruit en 1909, quand l’hôtel Ruhl le sera lui en 1970 par la volonté de Jacques Médecin, et remplacé par l’hôtel Méridien avec la façade de verre que l’on connaît aujourd’hui.
L’architecte Charles Dalmas conçoit le Ruhl comme un navire de croisière amarré à son quai, la Promenade des Anglais, à destination d’une clientèle aristocratique. Le rez de chaussée abrite une salle de restaurant de 40 mètres de long qu’éclairent de larges baies vitrées donnant sur la mer.  Les 5 étages comptent 300 chambres de luxe et 50 chambres plus modestes pour une clientèle moins fortunée. Le client vit dans le Palace, il en sort très peu, hormis pour les promenades, d’où les grands salons avec leur vie mondaine.  Des années 50 aux années 80, le style de « La Belle Epoque » fut déconsidéré. Le maire scellera par le bail de novembre 1963 la mort du Ruhl.  S’il a préservé la destination des lieux à une vocation hôtelière, il n’a pas réussi à sauvegarder l’œuvre majeure de Charles Dalmas et Nice a perdu un de ses joyaux.
 
L’hôpital Lenval
Le Baron Léon Wladyslas de Lenval est à l’origine de ce projet. Après le décès de son fils de onze ans à Nice, il consacre 150 000 francs-or pour la création d’un hôpital dédié uniquement aux enfants. Cet industriel polonais qui vit entre Bruxelles et Nice, assiste à l’inauguration le 22 mars 1888 sur la promenade des Anglais. Bien loin du bâtiment aux baies vitrées bleues, l’hospice Lenval, est une bâtisse plus modeste comportant une seule aile, avec seulement deux lits. Les médecins y sont des bénévoles. En 1893, la fondation est reconnue d’utilité publique par le président Sadi Carnot. Les dons qu’ils soient de Niçois ou d’étrangers permettent son fonctionnement.
 
Pendant la 1ere guerre mondiale, la fondation Lenval est employée pour soigner les soldats blessés au front. Depuis sa création, et grâce aux dons ou legs, elle s’agrandit, crée plusieurs établissements, une unité pour nouveaux nés,  pouponnière, enfants convalescents…… La fondation ne cesse de s’agrandir et de se moderniser pour le bien des enfants….
 
Ces 3 monuments sont emblématiques de Nice et surtout de son évolution.  Une ville qui sait vivre avec son histoire, et suivre l’air du temps en sachant s’adapter sans oublier son passé mais en étant toujours tournée vers l’avenir.
 
 
Retour
Accès direct : Immobilier côte d'azur - Immobilier Beaulieu - Immobilier Eze - Immobilier Nice - Immobilier Villefranche sur Mer - Immobilier Saint Jean Cap Ferrat .
Accès direct villa : Villas côte d'azur - Villas Beaulieu - Villas Eze - Villas Nice - Villas Villefranche sur Mer - Villas Saint Jean Cap Ferrat
www.cap-ferrat-properties.com
Vendredi 19 Octobre 2018 -  - © 2018 Administration identification GEMEA Interactive - Me désabonner de la newsletter