Actualités
et informations
pratiques

LES GALETS DE LA PROM

LES GALETS DE LA PROM

Au printemps venu, avant que la saison estivale ne nous amène son cortège de touristes, baigneurs crémés, chapeautés, prêts à faire corps avec notre Grande Bleue, on peut admirer une étrange danse de pelleteuses, camions et engins mécaniques sillonnant les plages de la promenade des Anglais. Mais dans quel but ? Pourquoi ? Et surtout que font-ils ?

La plage se refait une beauté, voilà une manière bien poétique pour expliquer le terme technique qui consiste à remettre des galets sur la grève que l’hiver, les coups de mers, la houle, ont fait partir. C’est l’engraissement des plages… Des galets qui partent !!! Mais où vont-ils ??? Nous ne sommes pas les premiers à nous poser la question. Et pour cause, l’engraissement des plages coûte entre 350 000 à 500 000 euros, chaque année, selon les dégâts et les besoins.
La ville de Nice suit régulièrement l’état de la plage. On apprend dans l’article paru dans le Parisien le 20 mars 2021, que la ville fait appel à des technologies inattendues et à la pointe pour être au fait de l’état de sa plage et arrière plage.
Drones, pour les photos, modélisation en 3 D, et galets pucés … Les informations ainsi amassées sont aussi pertinentes qu’utiles et inattendues. On apprend ainsi qu’un galet se déplace de plus de 30 mètres en 24 heures, d’Est en Ouest par mer calme.
Dans un article de notre journal local du mois d’avril, on nous explique que l’Université de Pise s’intéresse aussi à ce phénomène étrange. Mais quel est le but de cette étude ? A quoi servent les informations recueillies ?
 
Cela permettrait entre autres, « de n’engraisser que certaines zones et laisser les galets se déplacer naturellement vers d’autres. Ça permet d’utiliser moins de camions, donc de moins polluer", selon Julien Larraun, ingénieur pour la direction des affaires maritimes métropolitaines. "Et, pourquoi pas, anticiper les mouvements, pour déplacer certains galets avant une tempête"

Ces galets ramenés viennent le plus souvent du Paillon, mais quelques-fois, ils sont « importés » depuis la Durance. Leur couleur grise est due au calcaire. Un galet niçois mesure entre 2 et 8 cm en moyenne. Après il n’est plus très confortable ni pour nos petits petons, ni pour poser sa serviette !
Ce petit caillou usé et poli par le frottement de l'eau est bien plus important et utile qu’on ne le pense. S’ils n’étaient pas renouvelés chaque année, il n’y aurait plus de plage et l’eau monterait probablement jusqu’au mur jouxtant le trottoir.
C’est aussi l’une des particularités de notre région et il fait partie de notre patrimoine local. Récrié par certains car moins doux et confortable que le sable, il est pour d’autres bien plus hygiénique. Une chose est sûre, les niçois y sont très attachés, et les touristes ne les boudent pas. Il n’y a qu’à regarder la fréquentation de la plage tout au long de l’été !
 

09/09/2021
Le Petit Immo fait sa rentrée ! Après un été doux dans notre région, que nous réserve l’au[...]
20/09/2021
Si je vous dis « La 1ere radio dans le cœur des azuréens ?» vous me répondez Radio Emotion[...]
20/09/2021
Rencontre haute en couleur avec cet artiste-peintre qui est un véritable personnage avec u[...]
16/09/2021
On parle aujourd’hui de plus en plus fréquemment des Bitcoins. S’agit-il d’une monnaie com[...]